lundi 26 mars 2012

Le vert (Quentin Flores)

VERT

Étymologie : Du latin vĭrĭdis (« vert, verdoyant ; (au figuré) vert, frais, vigoureux, qui a encore de la sève) [1]

Associations :
-C'est sûrement la couleur la plus présente dans la nature. Associé à juste titre au monde végétal qui est son plus digne représentant. Couleur de l'herbe, des feuilles des arbres au printemps ou en été, de l'émeraude. Couvre toute une variété de couleurs, depuis le vert anis jusqu'au glauque. [1]
-Chez les chinois, c’est le signe du printemps et de la bonté. Le vert représente la sève universelle qui donne naissance et la vie. [2]
-En Inde, le vert est la couleur du dieu Ganesha, cousin de l’Hermes grec, rattaché à la sphère de la création. [2]
-Le vert est la couleur des apothicaires et celle de la toge des médecins au Moyen-age. [2]
-Les vêtements sacerdotaux qu’endossent les prêtres chrétiens entre le 3ème dimanche après la Pentecôte et l’Avent sont tissés en vert pour rappeler la vie de la Grâce par la résurrection du « Fils ».
[2]
-Il est intéressant de constater que l'Islam est la première religion à s'être « accaparée » le vert, sans doute parce que du temps du prophète Mahomet, dans les pays désertiques, tout ce qui pouvait être verdoyant était alors luxuriant et donc, synonyme de paradis. La couleur verte est donc devenue associée au monde musulman.
[7]
-Notre monde du XXIe siècle est en pleine évolution, en pleine transformation... En pleine instabilité, donc ! Et, sans surprise, le vert refait surface et est en train de devenir une couleur « phare ». Les partis politiques écologistes l'ont adoptée depuis longtemps, mais il n'y a qu'à se pencher sur les couleurs des logos des villes, des régions. Sans compter les numéros verts (gratuits), nos poubelles souvent vertes (on y associe aussi maintenant la propreté et l'hygiène), les prix sont verts, les classes sont vertes... [7]
-Dans la mythologie celtique, l’île des bienheureux, l’Irlande, était la Verte Erin. [5]


Symbolique :
- la couleur du destin, de la chance, de l’espérance, de l’argent : l’émeraude porte à la fois bonheur et malheur, le dollar appelé billet vert, les tapis de jeux de carte.
- la couleur de la nature, de la santé, de la fraîcheur par son lien avec la nature. De nombreuses expressions nous le rappellent : se mettre au vert, la ceinture verte, le mouvement politique vert, les stations vertes, les croix vertes des pharmacies en France, les poubelles et sacs à ordures sont souvent verts.
- la couleur de la jeunesse (rester vert, un vieillard encore vert, un fruit vert), de la sève qui monte (un bois vert est plus dur qu’un bois sec, être vert de colère), de la liberté et de la permission (donner son feu vert, passer au vert).
- et aussi la couleur du Diable, de l’étrange (les martiens désignés comme les petits hommes verts). [3]

-Le vert représente tout ce qui bouge, qui change, qui évolue. Couleur la plus présente dans la nature, elle évolue aussi : les plantes vertes deviennent jaune avec le soleil, les bourgeons verts virent au rouge ou au brun... Rien d'étonnant donc à ce que ce soit la couleur attribuée au hasard, au jeu, au destin, à la chance, et ce, dès le XVIIe siècle.

Cela perdure encore : les tables de jeu, les terrains de sport, même lorsqu'il ne s'agit pas de pelouse (tables de ping-pong, terrains de tennis en dur), la plupart des tables dans les conseils d'administration sont verts. Et ce n'est pas un hasard si le roi des billets, le dollar, est vert lui aussi !
On la dit couleur de l'espoir, mais là encore, c'est à double tranchant, car la chance, c'est aussi la malchance, la fortune est aussi l'infortune, le hasard fait bien les choses... Ou non !
Le vert, à cause de cette ambiguïté, de ses paradoxes et de ses contradictions, est en fait la couleur la plus inquiétante. L'illustration s'en fait très tôt dans l'histoire : les démons, martiens, dragons, mauvais esprits, sont toujours de couleur verdâtre. [7]

-Symbole de l'instabilité représentant ce qui bouge, change varie. Les jongleurs et les bouffons s'habillent en vert. Les jeux d'argent (dollar) s'organisent sur tables tapissées de vert. Elle représente la chance, la fidélité, et l'immaturité. Côté négatif, il représente le démon, le dragon, les esprits, les martiens et les créatures maléfiques. Au Moyen Âge, il était associé au poison, car la teinture en vert des vêtements se faisait grâce à l'arsenic, mortel. L'islam primitif est le premier à associer le vert à la nature, synonyme d'oasis, de paradis. Aujourd'hui, il est associé à la nature et à l'écologie. [1]
-En Chine, elle correspond au Tschen - ébranlement - ce qui correspond au jaillissement de la nature au printemps et aussi au bois, à l’espérance, à la force, à la longévité, donc à l’immortalité.
En Inde, les eaux primordiales vertes donnèrent la vie et Vishnu, porteur du monde, est une tortue au visage vert. La déesse de la matière philosophale qui naît de la mer de lait a le corps vert.
Pour l’islam, vert est le salut, d’où le drapeau vert car le manteau du prophète Mahomet était vert. L’homme vert ou Khidrn Khisr ou al Khidir patron des voyageurs incarne la providence divine. Il trouva la source de vie, fait trouver l’eau et protège les navigateurs. En Inde on l’appelle Khawadja Khidir et on le représente assis sur un poisson et générant les fleuves.
Au paradis musulman les saints sont vêtus de vert comme le prophète car ils sont la connaissance. Dans son traité de l’homme parfait (Insam-ul-Kâmil) Jili attribue la couleur de l’émeraude à la Terre des dévotions, un des sept limbes de la terre, habité par les Jins qui croient en Dieu.
Pour le christianisme le vert représente la régénération de l’âme, la charité, la sagesse, c’est la couleur de la Vierge et de L’Enfant Jésus et du Christ après sa crucifixion. La croix et les instruments de la passion étaient représentés en vert au Moyen Age. Les vêtements liturgiques de la messe sont verts pour certaines fêtes.Le vert est donc manifestation de l’Amour et de la Sagesse divine dans la création, origine de la vie, donc beauté, jeunesse, vigueur, force vitale. Il s’identifie à la régénération de la nature et aussi à la régénération spirituelle avec l’espérance de l’immortalité.


Superstition :
-S'ajoute à cela les superstitions : dans le monde du spectacle, on raconte que Molière, qui mourut sur scène, était habillé en vert. Du coup, la couleur est proscrite sur toutes les scènes, et celui qui la porte malgré tout brave les superstitions. [7] Cette superstition est bien réelle en France, mais il sera question du violet en Italie, du vert et du bleu au Royaume-Uni et du jaune en Espagne. Conclusion : il vaudrait mieux relativiser et ne pas trop donner d’importance à ce genre de croyance. [4]
-En bijouterie, les joaillers confirmeront tous que l'émeraude est la pierre qui se vend le moins bien, car elle a la réputation de porter malheur. [7]


Vertues :
-La couleur verte rend plus conciliant et compréhensif, elle favorise les amitiés et consolide l’amour.
-En thérapie, le vert aide à soigner d’anciennes blessures affectives ou émotionnelles, et à apporter la paix intérieure. Cette couleur par la force et l’activité qu’elle transmet, aide à refermer les portes laissées entrouvertes, à lâcher prise, et ainsi aller de l’avant avec optimisme.
-Enveloppant, calmant, rafraîchissant, tonifiant. [2]
-Apaisant, rafraichissant, tonifiant [1]
-Le vert est un anti-stress, une couleur aux vertues rassurantes, calme, confortable, tolérante, équilibrée (entre bleu et jaune), et souvent rafraîchissante. [4]


Colorimétrie : Instable et difficile à fabriquer et maîtriser, il est considéré comme une couleur excentrique.
-C’est la perception par l’œil humain de la longueur d’onde moyenne de 500nm renvoyé par les corps ; les autres longueurs d’onde du spectre visible étant absorbées par ces mêmes corps. Si nous arrivons à bien apprécier les différences de teintes dans les verts bleus nous avons davantage de difficulté à percevoir celles des verts jaunes. Dans la gamme des couleurs, les verts font parties de couleurs dites froides et des couleurs dites fuyantes c’est-à-dire qui paraissent s’éloigner. [3]
-Longtemps le vert des teintures et des peintures a présenté une forte instabilité pigmentaire que la chimie récente a su résoudre. C’est à la fois la couleur la plus présente à nos yeux et à la fois la matière colorante la plus absente. Les nuances sont difficiles à produire en peinture et pourtant on a une grande facilité à les désigner grâce aux références offertes dans la nature : vert olive, vert émeraude, vert sapin, vert sauge, vert pré, vert printemps...
[3]
-En synthèse additive le vert est considéré comme une couleur primaire, avec le rouge et le bleu. Le modèle de synthèse additive est utilisé quand on définit les couleurs comme émises par une source de lumière. Par exemple, un mélange de lumières verte, rouge et bleue va produire une lumière blanche.
En synthèse soustractive (modèle utilisé quand on définit les couleurs comme des pigments ou des colorants), le vert est créé par mélange de jaune et bleu. [1]
-Sur le cercle chromatique TSV, le complément du vert est le magenta, un pourpre qui correspond à un mélange égal de lumière rouge et de la lumière bleue. Sur un cercle chromatique traditionnel (formé à partir du modèle de synthèse soustractive), la couleur complémentaire du vert est le rouge. [1]
-Les pigment de chlorophylle sont les plus faciles à obtenir : par la plupart des plantes, mais aussi par l'oxydation du cuivre ou le chrome, très présent dans les minerais.
Ce n'est qu'au XVIIIe siècle que les chimistes obtiennent du vert en mélangeant le jaune et le bleu, d'où le classement – revu depuis – du vert en « couleur complémentaire ». Mais cette théorie aura la vie longue : Mondrian, au XXe siècle, sous l'influence du Bauhaus qui prône les couleurs dites « primaires », bannit le vert de presque toutes ses peintures.
[7]



[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Vert et http://fr.wikipedia.org/wiki/Couleur
[2] http://www.franceastro.com/couleurs/vert/
[3] http://www.meublepeint.com/verts.htm
[4] http://www.quevoisje.fr/2008/03/08/le-vert-couleur-apaisante/
[5] http://www.creatic.fr/cic/B022Doc.htm
[6] http://www.dynalum.com/dico/symbolisme-couleurs.htm
[7] http://lise-pathe.suite101.fr/les-couleurs-et-leur-histoire-le-vert-a6143