samedi 19 novembre 2011

recherche N°1 : Les ponts


Je vais dans cette recherche m’intéresser à l’évolution de la forme et de la structure des ponts dans l’histoire.

Grâce au magazine CONSTRUCTION MODERNE n°10592 et 9451 j’apprends que la structure et la forme des ponts a considérablement changée à partir du XVIII ème siècle notamment grâce a deux éléments majeurs : l’invention du ciment et une meilleure maîtrise de la sidérurgie.

Ainsi c’est sous Napoléon qu’apparaissent les premiers ponts métalliques comme le pont d’Iéna, celui d’Austerlitz ou encore le pont des Arts à Paris. C’est Louis Vicat qui expérimente le premier la chaux hydraulique dit : ciment artificiel avec le pont de Sorillac achevé en 1824. Cette technique qui va révolutionner la construction nous vient des romains et reste inchangée. Apparaissent ensuite sous Louis-Philippe les viaducs de chemins de fer dont le 1er fut celui de Meudon-Val-Feuri en 1840. La deuxième évolution majeure est la maîtrise et les progrès de la sidérurgie au XIX ème siècle : les métaux deviennent plus résistants et utilisables sous forme de chaînes, de passerelles ou des câbles. C’est à ce moment que l’on voit arriver les ponts suspendus. Comme le pont de Drac, construit en 1826 par l’ingénieur Louis Crozet. A partir de 1825, les frères Seguin construisent une centaine de ponts de ce style partout en Europe.

Mais les catastrophes d’Angers et de la Roche Bernard stoppent l’utilisation des ponts suspendus qui ne réapparaîtront qu’en 1890. Les ponts suspendus contemporains sont relativement rares, en effet on a préféré leur substituer les ponts à haubans plus solides apparemment. On appelle ponts haubanés ceux qui sont suspendus grâce à de nombreux câbles métalliques , ce qui permet d’équilibrer les forces. Le pont de Pierrelatte, sur le canal de Donzère, à Mondragon est le premier pont haubané, réalisé par Caquot et mis en service en 1952. Grâce à ces différentes innovations techniques majeures dans l’histoire de l’architecture (découverte et utilisation du ciment et du béton, structures métalliques suspendues, préfabrication, haubanage…), la forme des ponts a largement évolué. Ainsi de ces ponts romains formés de multiples arches on passe ensuite à une seule et même arche comme le pont de Coalbrookdale ou celui de Garabit réalisé par Gustave Eiffel. Puis les formes deviennent encore plus aériennes, plus vertigineuses grâce notamment au treillis métalliques qui évident chaque éléments du pont les rendant plus légers, cet effet est encore largement insisté avec l’haubanage des ponts. Enfin le béton devient le meilleur outil de l’ingénieur et de l’architecte : par le calcul des forces exercées et la gestion de l’équilibre il permet de répartir les contraintes. On peut ainsi proposer aujourd’hui toutes les formes possibles et imaginables.

La mécanisation des ponts est certainement la dernier élément innovant dans leur histoire, à l’exemple du Gateshead millenium bridge réalisé par Wilkinson Tyre Architects présenté dans l’ouvrage LES PONTS de David Bennett.

On peut donc dire en bilan que par un certain nombre d’innovations techniques on a su jouer sur l’équilibre des contraintes de la structure et ainsi diversifier la forme de ces architecture.

Jules Gorget