mercredi 30 novembre 2011

Le débat sur l'art et l'industrie (Julia Fortin--Moreau)

Je vais m'intéresser au débat qui a eu lieu dans les années 1910 entre Van de Velde et Muthésius qui consistait à se demander si l'Art devait se mettre au service de l'industrie, ou l'inverse.
Tout d'abord, il y a d'un côté Henri Van de Velde, architecte et peintre . Il est l'un des fondateurs de l'art nouveau belge avec Victor Horta et Paul Hankar. Considéré comme l'un des acteurs majeurs du mouvement moderniste de l'architecture et du design en Europe au début du XXe siècle, Van de Velde défend une démocratisation de l'accès à l'art . Ces idées et ses pensées étaient le fruit du premier amour artistique non accompli pour la peinture néo-impressioniste. Elles démontraient d'une façon claire et nette la nécessité de garder le travail de l'artiste en contacte avec la vie quotidienne.
Puis nous avons de l'autre côté Hermann Muthésius, architecte Allemand et promoteur du mouvement Arts & Crafts britannique et théoricien de l'architecture moderne. Pour lui, l'art doit se mettre au service de l'industrie "Il s'agit plus que de dominer le monde, plus que de le financer, l'éduquer ou l'inonder de produit, il s'agit de lui donner un visage. Le peuple qui réalisera cela sera réellement à la tête du monde. L'Allemagne doit être ce peuple." disait Muthésius en 1911. Cette opposition d'idée avec H. Van de Velde donna lieu à un débat entre les tenants d'une industrialisation et d'une standardisation de l'architecture (Ernest Naumann, Herman Muthesius) et ceux d'une approche d'une approche plus contextuelle (Henry Van de Velde, Bruno Taut, Walter Gropius). La nécessité de reconstruire après la guerre donne raisons aux premiers.