mercredi 30 novembre 2011

Roman Opalka, Nan Goldin, Jen Davis ont tous les trois travaillé différemment sur la représentation du temps. Quels autres photographes ont travaillé

Représenter le temps, montrer des clichés, des portraits... beaucoup de photographes le font, comme Roman Opalka qui se photographiait tous les jours dans la même position, le même fond. Pour représenter le temps tel qu'il le percevait. Ou Nan Goldin qui montre des photos d'elle battue, des personnes qui se droguent... elle veut montrer ce que les gens ne veulent pas voir, la vérité des choses tel quelles sont. Il y en a beaucoup d'autre, comme Jen Davis, Annie Leibovitz, Spencer Tunik et encore plein d'autres. Parlons un peu d'annie Leibovitz, c'est une photographe des stars, stars des photographes. Dans ses photographies, elle mêle portraits people et chronique familliale, elle accouple moments intimes et séances professionnelles, le noir et le blanc et la couleur, le naturel et l'artifice. Tout ceci est retracé sur la relecture de quinze ans d'archive et met à jours de turbulents secrets d'une vie de photographes. Cette artiste montre elle aussi le temps, elle retrace ses archive d'il y a quinze ans. Un autre photographe, avec un autre événement: la huitième Biennale d'art comptemporain de Lyon qui s'intitulait «L'expérience de la durée» en 2005. Cette exposition regroupait une soixantaine d'artistes, imaginant de nombreuses photos pour représenter la durée.
La photo a permis a beaucoup de personne de voir les choses qu'ils ne voyaient pas ou ne voulaient pas voir. Elle a donner un regard différent sur beaucoup de choses, notamment grâce à Nan Goldin ou Jen Davis. J'ai moi-même découvert de nouvelles choses, eu un nouveau regard sur la photographie.