samedi 12 novembre 2011

la photographie contemporaine

J'aimerais travailler sur la photographie contemporaine afin de mieux comprendre ce que le photographe essaye de saisir sur l'instant. Est-ce une part de bonheur ou autres choses?

D'après le Larousse illustré la photographie se définit comme "la technique permettant de fixer l'image des objets sur une surface rendue sensible à la lumière par des procédés chimiques". Mais si l'on cherche à approfondir dans la photographie d'art, on découvre alors qu'au-delà de la technique, il y a une démarche créative pour exprimer une sensation.

D'après l'Encyclopédia Universalis, son principal problème est "de s'affirmer comme art sans en imiter aucun, et sans être lui-même imiter". Du photomaton à l'appareil photo numérique, la technique a beaucoup évolué tout comme les tendances. Etant libre de déformer la réalité sans pouvoir en saisir une objectivité totale, la photographie a du "renoncer à ces querelles" pour mieux les dépasser et faire de cet art le reflet de la vie intérieure du photographe. Et donc, mettre en valeur l'instant qu'il a vécu tout en arrivant à le saisir.

Ansel Adams disait d'ailleurs :" on ne prend pas une photo, on la fait."

On peut alors se demander une fois que celle-ci est faite que devient le message qu'elle transmet, comment un spectateur peut s'imprégner du sens de l'image sans pour autant la déformer?

Dans "la photographie contemporaine par ceux qui la font" d'Anne Céline Jaeger, on nous explique que regarder un photographie implique que l'on fasse un effort inconscient pour aller chercher au-delà de notre première vision. C'est à force d'entraînement que notre regard se forge. Il faut laisser l'image s'imprégner dans notre esprit afin de ne pas l'oublier une fois la page tournée. Ce qui différencierait la photographie de nos souvenirs de celle d'art serait la "singularité de vision"qui s'en dégagerait.

Mario Sorrenti disait notamment:" Je veux que mes photos posent des questions. Je veux qu'en les regardant, les gens réagissent émotionnellement."

William Eggleston pense que tout se passe d'un seul coup:"Je prends la photo très vite, puis je l'oublie aussitôt". Pour lui, rien n'est calculé. Pourtant, lorsqu'on regarde ses photographies, comme celle Untitled Dunkerque 2005, on a l'impression que l'image est parfaitement structurée, comme si tout avait été mis en place pour.

Pour Robert Doisneau l'important restera toujours que "nous ne devons jamais oublier qu'une photo est également composée de la personne qui la regarde."

Comment sont donc choisies les photos exposées en galerie d'art? Pourquoi celles-ci et pas une autre?

L'important pour les conservateurs d'après l'ouvrage précédent ne serait pas l'idée que souhaite véhiculer l'artiste, mais principalement les émotions reçues avant et après l'explication.

Thomas Demand nous dit que tout ce qu'il peut montrer: "ce sont les éléments qui nous permettront de saisir l'idée qui m'a amené à réaliser cette image."Il explique judicieusement par la suite que s'il avait voulu montrer l'idée seulement, il aurait écrit un texte.

De plus en plus, l'artiste photographe tend à faire ressortir les émotions, le vécu qui est en lui. On peut prendre l'exemple de Nan Goldin qui nous montre sa vision des années 70 où l'on a découvert le sida…On peut alors se demander si dans un autre art , on retrouve cette tendance dans d'autres domaines artistiques tels que le théâtre ou la danse? Pour ma part, je pense que oui, si l'on s'en tient au nombre croissant de performeurs tel que Phia Ménard.

Pennec Anaelle

Références:

"La photographie contemporaine par ceux qui la font" Anne Céline Jaeger Ed. Thames et Hudson 2000

770 JAE

"Encyclopédia Universalis" Page photographie

"Le Petit Larousse Illustré" 2004