vendredi 28 octobre 2011

Le premier styliste

Entre Poiret et Worth, il s'agit de se questionner sur lequel de ces 2 créateur pourrait-on considérer comme étant le premier styliste.

Pour ce qui est d'un point de vue historique, Worth a commencé à exercer avant Poiret. En effet, il fonde sa propre maison de couture en 1858, alors que Poiret ouvre son premier salon de mode en 1903. Worth se fait connaître grâce à l'Exposition Universelle de Paris en 1900. C'est après celle-là qu'il créer la haute couture française, ce qui est étonnant pusqu'il est anglais. Worth fut le premier à être reconnu en tant que star en signant ses vêtements comme s'ils étaient des œuvres d'art. Il met en place un nouveau mode de fonctionnement, encore utilisé aujourd'hui : le fait de présenter une nouvelle collection tous les ans. Cette inventivité côté marketing ne se retrouve malheureusement pas dans ses créations... En effet, il reste encore beaucoup attaché à l'Art Nouveau. Après sa mort, ses fis reprennent la maison Worth, c'est alors, en 1901, que Poiret y entre. Le problème étant que ceux-là n'appréciaient pas son travail. C'est pour cela qu'il quitte la maison Worth et décide en 1903 de former sa propre maison de couture. Son « œuvre » principale : affranchir la femme du port du corset. En effet, alors que Worth reste dans ce qui se faisait dans le passé, lui trouve ridicule de coupé le corps de la femme en deux. Il créer alors en 1906 une robe simple et étoite dont la jupe commence juste en dessous de la poitrine : « La Vague ». Grâce à ses créations, il fait paraître les femmes plus jeunes, en remplaçant notamment le fameux corset par des soutiens-gorge souples, et de légers porte-jarretelles, mais aussi parce qu'il emploie des couleurs soutenues avec des imprimés clairs. Il remplace aussi les bas noirs par des bas couleur chair qui donnent l'illusion de jambes nues...

En conclusion, pour moi, le premier « vrai » styliste est Paul Poiret. En effet, c'est lui qui marque son temps en révolutionnant le vêtement féminin, et la perception du corps, alors que Worth vie dans le passé...

Référence : La mode 1900-1999 Le siècle des créateurs par Charlotte Seeling