mardi 1 avril 2008

Raymond Depardon

15/11/07
Bonnet Romuald

Mon ressenti général est la frustration d'avoir perçu le monde à travers un objectif artificiel. De plus, Raymond Depardon n'a pas eu une vie toute rose. C'est sans doute à cause du noir et blanc que l'on perçoit autant d'obscurité et à cause du procédé, qui est photographique, que l'on ressent autant de réalisme. Pourtant je ne voulais pas y croire, tous ces journalistes annoncés à la fin par Raymond Depardon et qui sont morts en réalisant leur rêve, cela me paraissait irréel. Cette vidéo me fait penser à un conte où le chevalier serait Raymond Depardon et la princesse sont rêve. Les deux scènes à l'hôpital m'ont réellement réveillés tous au long du film Pour moi elles servent à canaliser notre attention. D'autres scènes me font rêver, comme le plan séquence dans le désert où l'ont voit la lumière changer au grès du vent.

J'ai l'impression que c'est ainsi, que comme ces journalistes, nous devons tous souffrir pour réussir à percevoir un peu de rêve. Je veux croire que c'est possible.