mercredi 2 avril 2008

Projet « MANAS » (utopian city)

octobre 2007
Bonnet Romuald

Dans le projet « MANAS » (Utopian city), de Ilya et Emilia Kabakov, présenté lors de la biennale d'art contemporain de Venise, je me suis demandé quelles idées « utopiques » ont été développé.

Avant de me pencher sur les idées « utopiques » développées par Ilya et Kabakov, je vais tenter de définir l'utopie, ce qui me permettra de sélectionner certaines notions :

1.Pays imaginaire où un gouvernement idéal règne sur un peuple heureux,
2.Plan d'un gouvernement imaginaire, à l'exemple de la république de Platon,
3.Idéal, vue politique ou sociale qui ne tient pas compte de la réalité.

Ce projet montre 8 grandes montagnes inspirées du nord du Tibet, avec un cratère au centre ; Il existe un lien avec la légende de Shambhala. Donc ces 8 grandes montagnes sont censées former un cercle dans lequel on acquiererait une énergie cosmique, d'où le nom « MANAS » qui veut dire énergie. Également présente, la relation avec les « gardiens » du « paradis » qui sont matérialisés par une copie de la cité à l'envers, au plafond de la pièce. Mais la relation avec la réalité est légèrement présente lorsque les auteurs expliquent la relation de cette énergie, qui rapprocherait les habitants de cette citée à un idéal spirituel, à « l'énergie terrestre »

Donc, sans aucun doute, c'est sur les aspects imaginaire, idéals et heureux de la première définition de l'utopie que réside le projet. Un idéal qui n'est pas créé par un gouvernement, mais par une nature fortement présente.