mercredi 2 avril 2008

le Salon des Indépendants

Lorsque j’ai effectué mes recherches sur le douanier Rousseau, j’ai appris qu’il avait exposé ses peintures au Salon des Indépendants. J’aurais aimé savoir pourquoi il a été créé et ses conséquences sur l’Histoire de l’Art.

En n’étant pas admis au Salon officiel (l’Académie) en mars 1884, des artistes décident de s’organiser une exposition libre pour concurrencer l’art pompier. Deux mois plus tard : le 15 mai 1884 est inauguré le Salon des Indépendants. Ce salon a un principe : c’est un « salon sans jury, sans récompense, ni décoration » contrairement à l’académie qui décerne des prix aux peintres. Afin que ce Salon puisse ouvrir, la ville de Paris a mis à disposition pour eux des baraques sur l’ancien Palais des Tuileries (il fut incendié pendant la Commune). Ce salon a accueilli des milliers de peintures et de sculptures de plus de quatre cents artistes. Il eut un immense succès.
Suite à de nombreuses querelles, les artistes indépendants ont fini par se réunir pour une nouvelle exposition qui se déroula du 10 décembre 1884 au 20 janvier 1885 dans un pavillon prêté par la ville. De ces expositions, un groupe d’artistes se démarqua : Seurat, Signac, Angrand, Dubois-Pillet. Ils furent nommés les « vibristes » car ils juxtaposaient de petites touches de couleurs primaires sur leurs toiles. Odillon Redon, peintre symboliste y exposa.
Ce Salon des Indépendants ressemblent beaucoup au Salon des Refusés mis en place 20 ans auparavant. Ces deux salons sont un groupe d’artistes refusés de l’Académie. De plus, ces Salons ont remis en cause le statut de l’Académie.

L’univers documentaire HACHETTE n°3
L’aventure de l’Art au XIXe siècle CHÊNE-HACHETTE 7.03 FER 8314

Croyant que je ne trouverais pas assez d’informations, j’ai tout de suite consulté le BCDI. Malheureusement, il n’y avait aucune information. Donc j’ai consulté l’encyclopédie afin d’avoir des mots plus précis sur le sujet. Puis, je suis allée reconsulter de nouveau le BCDI, même avec des mots plus précis : toujours rien. Donc je suis allée voir l’aventure de l’art au XIXe siècle et là, à la page de l’année 1884, j’ai enfin trouvé des informations sur le Salon des Indépendants.

Le 24/10/2007
Virginie CHAUVET