mercredi 2 avril 2008

le Nouveau Réalisme

Lors de l’exposition permanente au centre Georges POMPIDOU, je me suis arrêtée devant une œuvre d’Arman. Je me suis souvenue de cette œuvre car j’avais lu un article sur lui. De plus, le cartel indiquait qu’Arman faisait partie du nouveau Réalisme. J’aurais aimé savoir qui est Arman et pourquoi il a fait partie de ce mouvement.

En cherchant sur BCDI, je n’ai pas trouvé l'artiste Arman. Puis lorsque j’ai tapé « nouveau réalisme », les réponses s’accumulaient. Donc je vais parler d’Arman en synthétisant les informations sur le nouveau réalisme.

Le Nouveau Réalisme naît précisément le 27 octobre 1960. Pierre RESTANY, critique d’art, qui donne ce nom à un groupe de 13 artistes qu’il a réuni chez Yves KLEIN. Ils vont signer une déclaration. Ce critique d’art va même publier un manifeste. Ces artistes sont majoritairement européens et ce mouvement restera principalement en Europe. Il faut savoir que durant cette même époque, le pop’art naît. Ce contexte des années 60 est le symbole de la société de consommation. Les artistes néo-réalistes vont interpréter ce phénomène. Leur but est d’avoir une nouvelle approche du réel, ils prennent « des fragments de la réalité ». Ils détruisent, transforment, assemblent…les objets de la vie quotidienne. Ils n’utilisent plus de supports traditionnels. Ils sont en complète contradiction avec l’Académie, qui elle, prône la peinture abstraite. En fait, les nouveaux réalistes pensent que l’Académie n’est pas en phase avec l’actualité. Ils interprètent la société chacun à leur manière :
• Arman (1928/2005) fait des portraits robots. Il accumule des objets dans une boîte aux faces transparentes. « Laisse-moi prendre ce que tu rejettes, j’en ferai ton portrait ».
• Niki SAINT PHALLE assemble des objets sur un tableau. Elle disperse des ballons remplis de peinture sur ce tableau, puis elle tire dessus.
• CHRISTO emballe l’objet.
• CESAR compresse les objets pour en faire un bloc : une sculpture.
Ils ne peignent plus l’objet, ils le prennent pour qu’il devienne une œuvre d’art.

L’œil n°589 mars 2007
Il est complet, intéressant. Il explique le mouvement puis comment l’objet est traité
Dada n°126 mars 2007
Il est simple, clair.
Beaux Arts magazine n°274 avril 2007
L’article est complexe, pour moi : difficilement compréhensible.
L’œil n°584 octobre 2006
Il parle du mouvement par l’artiste Yves KLEIN.

Le 05/12/2007
Virginie CHAUVET