dimanche 6 avril 2008

La commune de Paris,

Ce sont les classes les plus modestes de la capitale qui vont se révolter contre le gouvernement Royaliste, issu des élections de février 1871, plus particulièrement contre Thiers (historien et homme d’état Français), et contre la bourgeoisie.


HISTORIQUE : Suite à la démission de l’armée Française lors de la guerre Franco-Prussienne, le peuple parisien se révolte, veut résister. Thiers est content, c’est l’occasion pour lui d’écraser une révolution très brutalement pour donner une bonne leçon. Les communards (adhérent à la commune) s’installent dans les rues de Paris pour résister. Le gouvernement de son côté déclare le feu sur les résistants et par la même occasion sur les déserteurs de l’armée. Thiers fait exécuter tous ceux qui changeraient de camps (qui fraterniseraient avec le peuple). Le mouvement de la commune sera essentiellement parisien. Ce sera la semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871 qui mettra fin à la commune de Paris. Thiers sera responsable de son écrasement (trente mille victimes).
LA COMMUNE (une idée du Moyen-Age) : La commune est un groupe d’humain correspondant à une ville, petite ou moyenne dans lesquelles les liens entre les individus sont renforcés par un accord commun. Chacun agit pour la paix. Les communes se fondent dans l’unité nationale, jamais l’idée de commune n’a disparu. Elle renaît en 1871, pour soixante-douze jours.
LES ARTISTES DE LA COMMUNE :
-Courbet a exécuter une 50ène de croquis sur le thème de la commune. Si cette période n’a pas engendré une nouvelle école de peinture, en revanche beaucoup d’artistes ont soutenu le moral de la population en lutte contre l’ennemi, grâce à leur travail.
-Puvis De Chavannes par exemple a peint 2 panneaux personnifiant Paris sous la forme d’une femme.
-Falguiere modèle dans la neige une sculpture intitulée « la résistance » qui émeut beaucoup les Parisiens.
-Manet a lithographié deux œuvres « guerre civile » et « la barricade ».
Surtout, 400 peintres, sculpteurs, architectes, dessinateurs se sont regroupés autour de Courbet le 13 avril, pour faire cesser la mainmise du pouvoir sur l ‘art. Suit la fédération des artistes qui lance un manifeste signé de Courbet, Corot, Daumier, Manet, Gill… Ils préconisaient la libre expression de l’art, égalité, indépendance et dignité entre les membres.

NP : J’ai très mal géré mon temps…

Sage Justine