samedi 5 janvier 2008

Chasseur d'images

par Lucile Masson

Raymond Depardon est un chasseur d'images. Entre ses mains tout devient un sujet photographique : familles, voisins, cousins, canards, vaches, Paris, Tchad... Rétrospective en ''direct'' d'un homme qui ''ne sait pas pourquoi j'ai fait ça''.

Aprés la panique des premières scénes théâtrales,on se retrouve face à face avec raymond Depardon.Le dispositif est simple: un homme,un micro et deux projecteurs; pour raconter une vie présentée sous forme d'un diaporama de photo,qu'il commente.Né en 1942, raymond grandit chez ses parents.Il rougit en disant qu'ils sont cultivateurs.Lui rêve d'être reporteur/photographe.Le premier octobre 1958 il rencontra Louis Foucherand qui lance sa carrière de photographe.Raymond Depardon couvrira des cérémonies officielles,des reportages,des guerres.Il nous parle de ''salariés,carte presse,reflex,officiel,voyages,cartes postales''.Ni hausse de voix,ni baisse,ni rire,ni sanglot,on est bercé par sa voix.Il semble détaché.On est presque choqué par la voix ému,pleurant lorsqu'il évoque la mort de son père.Ce film est une investigation que Depardon nous permet de faire en lui lorsqu'il se remémore son passé.Fortes sensations lorsque l'homme fixe la caméra.On voit alors tout son visage,il ne peut rien cacher.Un lien nous attache à cet aventurier. C'est alors que l'on nous annonce la fin,''ne coupez pas'' crit-il.Et voilà le terrible final ''Pendant le tournage de ce film ma mère est morte'',imperceptible larme.On regarde cet homme,abbatu qui n'a d'autre choix que de continuer''salariés,carte de presse,reflex,rencontres,voyage''mais plus de cartes postales aux parents.
Le chasseur d'images a frappé à travers le monde mais au final semble regretter le vie à la ferme de ces parents. On éprouve du repect pour cet homme qui a su nous parler sans complexes et avec modestie de ses espoirs, réussites et échecs;Raymond Depardon apparaît comme un homme authentique qui nous a fait vivre dans un face à face unique toute sa nostalgie.