mercredi 16 novembre 2011

Max Ernst (Chloé Fruneau)

Max Ernst naît en 1891 en France et meurt à Paris en 1976. Ce peintre du 20ème siècle est une figure importante du surréalisme par ses œuvres novatrices.

Max Ernst utilise de nombreux effets plastiques qui sont également utilisés par les dadaïstes. Il procède beaucoup par montages photographiques, par assemblages, collages et également par inclusions d’objets en volume, comme dans son tableau « Deux enfants menacés par un Rossignol » (en 1924), dans lequel il colle un petit portail en bois ouvert. Il emploie des techniques très variées : gouache, crayon sur papier, huile sur plâtre, qui font de ses tableaux des œuvres inhabituelles et originales.

Il « invente » le frottage pour recréer des matières. Cette technique simple consiste à frotter un crayon contre une feuille posée sur une surface avec des aspérités ou des défauts tels que le bois. Max Ernst détourne également le cadavre exquis utilisé en littérature. Il utilise ce procédé de la même manière mais en dessin, créant ainsi des créatures hybrides imaginaires.

Le surréalisme se développe principalement après la première guerre mondiale à un moment ou la littérature et les arts plastiques sont très liés. Les surréalistes s’inspirent à la fois de la poésie et des mythes dans leurs tableaux qui représentent souvent des scènes réinterprétées telles que « L’éléphant Célèbes » de Max Ernst (1921). Le merveilleux et l’imaginaire sont des éléments moteurs du surréalisme.

Max Ernst joue sur une frontière floue entre le rêve et le réel. Il modifie les couleurs et les échelles, dans des compositions étrangement imaginaires et pourtant harmonieuses.

Références : La révolution surréaliste ( Mango presse mars 2002 )