jeudi 17 novembre 2011

Le futurisme (Chloé Fruneau)

J’ai voulu effectuer une recherche sur le développement – avec le futurisme – du modernisme en Italie.

Je me suis premièrement attardée sur une revue d’art appelée DADA. Presque la totalité du numéro est consacré au futurisme, avec un graphisme très dynamique et coloré qui convient particulièrement au thème de ma recherche. Un des grands titres du magazine est : « Le monde bouge, l’art doit le suivre ». En effet, l’art a toujours évolué au cours du temps. Mais on pourrait aussi penser que l’art contribue à changer les esprits et à faire évoluer la société, en explorant de nouveaux aspects de la personnalité humaine et en étant sincère. Grâce à de nombreux visuels, la revue DADA permet de très bien comprendre le mouvement futurisme. Les œuvres choisies montrent souvent des décompositions du mouvement. La répétition de formes, souvent abstraites, rendent un effet de vitesse évident dans les tableaux de Marcel Duchamp et Giacomo Balla. Ce magazine nos frappe par ces titres imposants et énergiques tels que : « Villes agitées et foules révoltées ». Le livre explique que le mouvement futurisme s’inclut dans un contexte de grèves, d’émeutes, mais également dans un grand progrès technique. Les conditions sociales changent brusquement avec l’expansion de l’automobile, des villes et de l’industrialisation et améliore la vie. On peut s’apercevoir que ce mouvement s’étend à tous les domaines artistiques. Notamment en architecture, le Disney Concert Hall de Los Angeles de Franck Gehry, a des allures de cité futuriste. Ses ondulations et les différents pans de sa structure rappellent une sculpture futuriste d’Umberto Boccioni datant de 1913. En photographie, les artistes décomposent également le mouvement par la chronophotographie. Étapes, une autre revue d’art, nous parle du futurisme dans le domaine du graphisme. Les visuels sont ici plus froids. Ils utilisent peu de couleurs et des typographies très géométriques. On peut voir que les artistes comme Francesco Cangiullo et Paolo Buzzi jouent plus sur des compositions dynamiques, en diagonales ou en spirales pour traduire le mouvement.

Finalement, le futurisme est un mouvement qui s’est étendu à tous les domaines d’art plastiques et appliqués. Il est l’expression de l’évolution de la société au début du XX siècle (après la guerre 1913).

Références : Futurgraphia, la calligraphie et les caractères typographiques du futurisme italien, Étapes n°186. Le futurisme, Dada n° 141, paru en oct 2008.