mercredi 2 avril 2008

Raymond DEPARDON et les années déclics

Gouin Joana
le 21/11/07

A travers le film "les années déclics 1957-1977", Raymond Depardon retrace, a partir de ses propres documents (photographies et vidéos), ses débuts dans la photographie et le journalisme, et la suite de sa carrière dans ce milieu.

En effet, au début du film, Depardon fait défiler ses premières photos datant des années 50, époque de son adolescence. Il utilise un rétro-projecteur pour montrer ses documents. Ce moyen est "pauvre" comme lors de ses débuts, il fait avec ce qu'il peut avoir. De plus, ces documents sont tous en noir et blanc ce qui insiste sur le caractère nostalgique du film. On voit donc R.Depardon parler en direct de ses photos que l'on découvre presque en même temps que lui. Entre le passage d'une photo à une autre, R.Depardon fait de longs silences.

Lorsqu'il s'agit de photos de la ferme de ses parents, il ne fait aucun commentaire. Lorsqu'il en fait un il ne nous dévoile pas plus que le nécessaire. Après tout, ces documents sont privés, il n'a pas envie d'étaler sa vie. C'est exactement cette notion de pudeur qui nous touche. Cela nous fait comprendre qu'il n'a pas envie de parler de certains sujets, alors nous nous contentons de regarder et d'imaginer.

C'est lorsqu'il commence à travailler sur Paris -on le voit dans les photos- qu'il commence à être beaucoup plus dynamique et enthousiaste dans son expression. Cela est émouvant. On ressent sa fierté et sa joie de rentrer dans " le vif du sujet ". Lorsqu'il évoque ses échecs cela fait de la peine mais quand c'est ses réussites, on ressent sa joie. On comprend qu'il a réussi à faire quelque chose qui lui plaît et qui l'obsède, ce qui nous entraîne dans son caractère et sa façon de voir les choses. Nous sommes émus de le voir se remémorer de bons souvenirs. Malgré tout, son métier de journaliste reporter nous paraît dur moralement et physiquement, lui-même semble sur le point de perdre ses moyens lorse qu'il évoque ses épopées au Tchad ou l'enlèvement et la disparition de ses collègues.

Ce film m'a beaucoup touché et ému. Raymond Depardon parlait avec une très grande sincérité. Le fait de ne voir que ses documents personnels renforce le coté intime du film puisque cela reflète sa propre vie, son propre parcours, sans retouche ni modification. Ce film est sa vérité. Ce film semble faire office de "thérapie" pour R.Depardon c'est en fait une rétrospective de son existence. Ce film avait peut-être pour but, pour lui, de faire le point sur ce qu'il a vécu durant sa vie.