mercredi 2 avril 2008

Raymon Loewy et les années 30-50.

TESSIER Elise, le 5/12/2007

Raymon Loewy et les années 30-50.


“La laideur se vent mal” à dit Loewy en 1930, c’est ainsi dans ces années que le “streamline” naît, recherchant la vitesse et l’aerodynamisme, le design de la goutte d’eau. La vitesse est partout, objet, voiture, train, bus ... Je voudrais conaitre l’évolution de ce designer qu’est Raymond Loewy par rapport a cette époque.

En 1919, Raymond Loewy débarque a New York, il revient de la guerre, dans son uniforme de l’armeé française, pour rejoindre son frère.
Loewy songeait à une carrière d’ingénieur mais il a fait la rencontre du consul de Grande Bretagne à New York qui lui donne le nom du propriétaire des grands magazins “Macy’s” .
Il sera étalagiste, modiste, puis dessinateur de comptoirs, de toasteurs, de voitures, de locomotives, d’avions et même d’une navette spatiale ! Son coup de crayon fais son succès.

Né en 1893, à quelques mètres de la Tour Eiffel, construite 4 ans plus tôt ; il part avec 50$ en poche, perdu à l’angel de Broadway et de Fifth Avenue, endroit où il implantera ses plus beaux bureaux. Raymond Loewy est subjugé, il veut donner une touche d’élégance française à cette ville.

Sa méthode : épurer, éliminer, simplifier. Profiler, voilà le mot d’ordre. Sans le savoir, Loewy se sépare de la France car dans ces années 30, L’Europe est sous l’influence du Bauhaus, qui n’accepte pas de voir les mécaniques cachés. C’est alos qu’il se met à dos un côté de l’Atlantique où règne l’engranage, l’assemblage, les articulations et machines ; et qui se met l’amérique entière dans la poche.

Raymond Loewy invente la profession de designer, il fond en 1944 L’American Society of Industrial Design.
“La finalité du design, dit-il, est de faire vendre” . Car de ce fait, Raymond Loewy vend beaucoup, mais surtout, beaucoup plus que les autres ; ce dessinateur est un génie des affaires.
En 1918, Times magazine choisit Loewy pour sa couverture.
En 1919 Loewy est sans un sous, il joue les illustrateurs de mode, en 1928, change pour l’esthétique industrielle et neuf années plus tard son chiffre d’affaire atteint des sommets ... Puis retombe ; le crash du Wall Street ne lui a laissé aucunes chances. Il investit alos dans un studio qu’il meuble somptueusement et remonte la pente.
Mais en 1935, une seconde vague de faillite. Raymond Loewy fait simple, il loue encore plus beau et encore plus cher.
En 1942, il fait du paquet de cigarettes Lucky Strike son emblème. Il décida de placé le logo de la marque tout simplement sur les deux côtés de paquet, de cette façcon posé sur une table il aura la chance d’être vu deux fois plus.