lundi 14 avril 2008

Bilan TP ATC

S’évader dans un livre, se perdre dans les informations, tel s’est déroulé ce début d’année. Il nous a fallu trouver notre écriture personnelle, s’approprier les moult informations que nous découvrions, où au contraire lorsque nous en avions peu, s’en servir à bon escient. Car nous devions développer une méthode de recherche efficace, elle fût plus ou moins difficile à adopter selon les personnalités. Cette idée de recherche à rebondissements . Or il s’est avéré qu’au cours de l’année, nous venions naturellement faire ces associations d’idées qui enrichissaient notre travail.

A contrario, ces informations trouvées plus ou moins par hasard, ou par associations d’idées, il fallait tout de même les synthétiser, les rédiger, mais attention, selon un texte clair, structuré et simple de compréhension. Ces objectifs qui étaient de maîtriser une méthode de recherche efficace permettant une synthèse structurée et personnelle se fît petit à petit. A priori le groupe à développé une écriture relativement personnelle pour chacun, néanmoins, la grosse difficulté fût de ne pas recopier telles qu’elles les infos trouvées dans les livres ou sur les pages web.

J’ai personnellement eu des difficultés sur ce point, mais il est vrai que la méthode de travail opérée par le professeur, c’est-à-dire les discussions autour de nos travaux rendus et justement grâce aux conseils pour les améliorer à chaque début de cours, sont forcément constructifs parce que l'envie est là, l’envie de mettre au clair ces recherches qui nous intéressent tant.

En effet nous avons acquis des connaissances, sur le plan scolaire, c’est-à-dire que nous trouvions les réponses à nos questionnements en lien avec l’ATC, par ailleurs, nous avons aussi appris à faire des liens avec d’autres domaines , par exemple, des liens historiques, économiques…Puis ces connaissances d’ordre plutôt générales justement, sont source d’une envie d’approfondir les choses . Cependant, le piège peut se situer à ce niveau là aussi, puisqu’il s’agit de faire des liens, s’évader à s’informer en quantité, par contre, le travail à rendre doit être synthétique.

C’est là toute la difficulté, apporter avec clarté et personnalisation, le fruit d’une recherche qui à put être fulgurante et très mouvante d’un domaine à l’autre. Donc intervient l’importance d’utiliser un vocabulaire précis et bien approprié, lorsqu’il s’agit de parler de choses spécifiques à un domaine, tel que les arts appliqués.

Ce sont des expériences très enrichissantes parce qu’elles permettent de découvrir justement des mots ou expressions qui peuvent nous servir en dehors de ces TP d’ATC. Je prend l’exemple de l’étude de cas qui demande une précision optimale du vocabulaire. J’ai ressenti personnellement une évolution au niveau de l’utilisation d’un vocabulaire précis tout en m’attachant à apporter à mes synthèses une écriture personnelle. Elle n’est d’ailleurs pas encore tout à fait affirmée, parfois hésitante et peu claire. Mais de recherches en recherches, le protocole se confirme, devient plus efficace, parce que j’utilise majoritairement les rebondissements et ils permettent les liens avec d’autres domaines. En revanche ma synthèse n’est pas aboutit, elle est encore trop dense. C’est une difficulté à travailler. Je dois encore structurer mes textes pour que l’information soit plus claire et plus synthétique.

Pour finir, ces recherches personnelles sont très enrichissantes sur un point de vue autonomie. Puis chacun recherche sur des thèmes plus ou moins différents, ce qui permet à chacun de s’informer aussi en lisant les synthèses des autres. C’est un travail individuel, mai en même temps qui profite à tout un groupe.

Sage Justine, TAA