vendredi 11 avril 2008

Bilan de l'année

Pateau Antoine
le 11/04/2008

Deux heures par semaine, ce n’est pas grand-chose, évidemment. Mais c’est bien assez de temps pour se découvrir de nouvelles capacités, de nouveaux potentiels jamais explorés. C’est ce que les cours de TP d’ATC m’ont offerts : un perfectionnement à la fois culturel et personnel. C’est pourquoi j’aimerais traiter, premièrement, des apports reçus de cette recherche, puis la personnalité que j’ai pu y apporter.

Le but de cet enseignement était avant tout d’améliorer notre rédaction, au niveau de la grammaire, du vocabulaire, mais surtout de mieux organiser notre pensée. Par ailleurs, je pense que mon principal défaut était d’alourdir mes phrases de formulations alambiquées, qui au final noyaient le lecteur, en l’écartant du sujet initial.

Je ne suis pas certain d’avoir intégrer plus de vocabulaire que je n’en avais déjà, mais je suis sûr qu’aujourd’hui je parviens à synthétiser mon propos en sélectionnant mes informations pour aller à l’essentiel.

Parallèlement, si les TP d’ATC m’ont aidés à alléger mes textes, ils m’ont également fait connaître différentes méthodes de recherche, par l’intermédiaire du professeur ou de la documentaliste, pour à nouveau choisir des types précis de documents correspondants à ma demande. Je ne suis pas du genre à vouloir tout de suite la réponse à la recherche, en regardant sur Internet ou dans un bouquin regroupant beaucoup de connaissances, mais je préfère passer d’un ouvrage à un autre, en obtenant un point de vue presque objectif par rapport à différents avis subjectifs. Les moyens fournis au centre de documentation étaient conséquents et il fallait avoir les outils pour les manier, que j’espère avoir commencé à acquérir.

Néanmoins, il est bien beau de dire que les cours de TP d’ATC ont perfectionné mon côté culturel, mais cela serait resté fade si je n’y avais pas apporté ma touche.

Ma personnalité peut résider dans ma façon d’écrire, mais elle est, pour moi, essentiellement présente dans mon protocole de recherche. Il est très important de savoir s’organiser, mais il est tout aussi vital de savoir un peu se perdre dans cet océan de connaissances, car je crois que c’est comme cela que j’ai pu enrichir ma culture générale : une information en amène une autre, et ainsi de suite... De plus, à chacune de mes recherches personnelles, je ne me suis pas forcément focalisé sur un artiste ou un courant en général, mais plutôt sur une idéologie, comme le minimalisme par exemple. Toujours en y apportant mon opinion à la fin, bien sûr.

Pour conclure, les objectifs fixés au début de l’année ont été pour ma part seulement enclenchés ; car organiser une méthodologie et une rédaction n’est certainement pas l’affaire d’une seule année, mais plutôt un perfectionnement perpétuel, qui n’a de cesse de grandir.