dimanche 2 mars 2008

le corset du 18ème au 20ème siècle

Mes recherches concernent la condition féminine dans le milieu de la mode. Je souhaite étudier de plus près l’utilisation du corset du 18ème siècle au 20ème siècle.


La ligne féminine commence à changer au 14ème siècle: mise en valeur de la poitrine et des hanches. Mais le corset commence réellement a prendre possession de nos corps au 16ème siècle sous l’influence de la mode espagnole.
Le corset était à l’époque très rigide par un revêtement intérieur. Ce revêtement était fait le plus souvent de carton ou de busc. Le busc est une lame en bois dur, métal, ivoire ou os qui servait a assurer la rigidité du corsage ou à renforcer le corps a baleine. Celui-ci se glissait dans une gaine. La mode au busc centrale n’ira pas au-delà du 17ème siècle.
Les femmes n’ont pas la possibilité de participer a la confection des corsets. Cela restera très longtemps le travail de l’homme.
Vers la fin du 18ème siècle le corset disparait mais les femmes n’auront qu’une courte pause car il revient dès le début du 19ème siècle.
Grace aux évolutions de fabrication le corset « à la Ninon » est breveté et fabriqué en grande quantité. Celui-ci descend jusqu’au hanches en comprimant le ventre, ce qui je pense n’était pas conseillé pour la santé.
Ce phénomène qui touchera toutes les classes sociales évolue: le corset « sans couture » voit le jour.
Le corset reste de couleur blanche jusqu’en 1860 ou quelques ornement et soie de couleurs transparaissent. C’est aussi à cette période que les femmes utilisent le corset plastique, plus avantageux puisqu’il offre plus de capacités respiratoires.
C’est d’ailleurs, lorsque le corset « cuissarde » se dévoile que le corps médicale se prononce sur le sujet.

La première guerre mondiale fut un tournant dans l’histoire de la femme. La mode féminine connait une grande évolution. Le corset disparait et laisse place a la gaine élastique.



Sources:
-la mode art, histoire et société Hachette par Grazietta butazzi
-les grands dossiers de l’illustration la mode, le livre de paris Eric baschet

le 5 décembre

marine pontoizeau