samedi 15 décembre 2007

Le mouvement Art Déco

Chanon Anaïs

L’art Déco s’est développé durant l’entre- deux guerre. Le mot d’ordre était « raz-le-bol de la guerre, profitons de la vie ! ». J’ai compris en surface ce mouvement. J’aimerais néamoins approfondir le sujet afinde me familiariser avec ses productions et cerner plus précisement ses volontés.


Tout d’abord, une petite précision s’impose. Il ne faut pas confondre les arts déco, qui englobent tout ce qui touche au travail du bois, de la pierre, du métal, du verre, du tissus…,avec le mouvement Art Déco s’étant développé dans les années 20 en France.

Les années folles : « Profitons du présent »

La fin de la première guerre mondiale marque également l’émergence de nouveaux riches, exacerbant un besoin d’impressionner la société dans laquelle ils évoluaient. L’Art Déco a donc répondu à ce besoin an mariant la tradition du luxe français et la modernité.

« Rieux n’est trop luxueux »

Les décorateurs Arts Déco ont donc concilié deux éléments : l’ornement et le luxe des techniques avec la modernité des matériaux nouveaux et la géométrie du style moderne.
Bien que décrit comme « l’antinomie du fonctionnalisme », l’Art Déco s’intègre parfaitement à l’industrie.
C’est un compromis entre les nouvelles formes cubistes et la tradition nationale du luxe. On le retrouve dans le célèbre paquebot « le Normandie » qui présente des volumes incroyables décorés le plus luxueusement possible.

Le cas Rulhmann : « l’amoureux de l’élégance »

Ebéniste de formation, il deviendra l’acteur le plus emblématique de ce mouvement. Il créera des meubles rigoureux et tous plus raffiné en essences exotiques, argent, galuchat (peau de poisson utilisé pour recouvrir les meubles ou en maroquinerie). Il répondra à ceux qui le traitent d’élitistes que « le luxe est nécessaire à la diffusion des idées modernes » soit que l’argent donne le pouvoir aux créateurs de concrétiser leurs idées.
Ici se pose pour moi une question fondamentale du design : le mot « design » induit-il la notion de diffusion à grande échelle ? Un objet qui ne peut être accessible qu’à un nombre restreint de personne est-il « design » ou « œuvre d’art » ? Peut-être l’objet d’une prochaine recherche.

A propos de ma recherche

J’ai pris comme « base » le volume III de l’art décoratif en Europe, du néo-classicisme à l’Art Déco d’Alain Gruber chez Citadelles et Mazenod (un peu fastidieux). Il m’a donné des pistes intéressantes que j’ai complété par différents articles concernant des expositions sur l’Art Déco :

Beaux arts magazine n°210 (novembre 2001)
L’œil n° 546 (avril 2003)
L’œil n° 585 (novembre 2006)

05/12/2007